Le 07 Avril 1987 Ali Mécili, ex-officier de l’ALN, avocat et compagnon de lutte de Hocine Aït-Ahmed, artisan du rapprochement et du dialogue entre Algériens pour la construction d’une alternative démocratique à la dictature était assassiné à Paris par Abdelmallek Amellou, un proxénète et homme de main du régime.

Ce crime d’Etats est resté à ce jour impuni à cause de la raison et de la collusion des deux Etats, algérien et français, dans l’obstruction à la justice et la consécration de l’impunité.

Aujourd’hui l’assassin de Mécili conduit la liste du RND aux prochaines élections locales, dans la commune d’Ait R’zine (Béjaia).

L’information, qui a été donnée par le chef du groupe parlementaire du FFS lors de son intervention sur le Plan d’action du gouvernement Ouyahia, vient d’être confirmée par le responsable de wilaya du RND dans un quotidien national. Pis, le responsable du parti d’Ouyahia prend la défense du criminel.

Le FFS dénonce avec la plus grande fermeté cette consécration du crime et de l’impunité.

Le FFS continuera inlassablement à se battre au côté de la famille Mécili jusqu’à ce que justice soit rendu à notre camarade.

Pour le FFS, l’assassinat d’Ali Mecili est un crime imprescriptible.

 

Mohamed HADJ DJILANI

Premier Secrétaire