Communiqué

Encore une fois, le Pouvoir pour ne pas déroger à ses pratiques de coups bas, d’abus et d’arbitraire a procédé à des rejets de candidatures sur certaines listes du FFS bien que celles-ci remplissaient toutes les conditions légales.

Ces rejets ont été confirmés par les juridictions de recours qui ont eu à les traiter.

Le FFS condamne énergiquement  ces procédés d’instrumentalisation de la justice et considère ces rejets comme une entrave purement politique qui au fond obéit à d’autres considération et des desseins inavoués.

Le FFS considère comme une grave violation des droits de l’Homme, de déposséder des citoyens de leur droit d’être élus et de se porter candidat au mépris des lois que ce même pouvoir a promulgué et des conventions que l’Algérie a ratifié.

Le FFS ne peut accepter les arguments fallacieux qui n’ont aucun fondement juridique qui ont été présentés par les autorités.

Le Premier Secrétaire

Mohamed  Hadj Djilani