Front des Forces Socialistes

Conseil national extraordinaire du 28 Août 2020.                      

 Intervention d‘ouverture de l’instance présidentielle du FFS

Chers camarades membres du Conseil National,

Chers camarades membres de la Direction Nationale,

Honorable assistance et amis de la presse Salam Alaykoum ,

Azul Fellawen , Bonjour. 

Aujourd’hui nous sommes réunis à l’occasion de la tenue de la première session extraordinaire de notre Conseil National, qui intervient après la tenue de notre Congrès National Extraordinaire organisé les 9 et 10 juillet 2020.   C’est un moment historique et un évènement important dans la vie de notre parti.  Cette session extraordinaire du Conseil National réhabilite cette auguste instance, souveraine entre deux congrès, comme organe incontournable et important dans le fonctionnement de notre parti. Il est utile de rappeler ici devant vous chers amis et camarades, que notre conseil national à l’instar d’autres structures du FFS n’a pas pu fonctionner durant plus d’une année à cause d’une crise interne qui a sérieusement porté préjudice à l’image du parti dans l’opinion publique et a fortement ébranlé la cohésion de nos rangs.


 Conformément aux engagements pris devant le Congrès extraordinaire de notre parti, l’instance présidentielle du FFS est résolument investie pour réintroduire la sérénité, le débat contradictoire ainsi que l’autorité et la discipline militante au niveau de tous les segments du parti.    Chers amis et camarades, Dans un mois nous célébrerons le 57 anniversaire de la fondation de notre parti, le Front des Forces Socialistes. Indéniablement, cette commémoration sera particulièrement chargée d’une vive émotion et d’un lourd sentiment de haute responsabilité. Car elle nous rappellera fortement, les sacrifices et l’œuvre de ceux qui ont fondé le premier mouvement politique dressé contre la dérive autoritaire de ceux qui ont détourné et contrarié les ambitions et les objectifs de la guerre de la libération nationale.  Mais surtout, elle nous mettra en demeure de continuer à nous battre et à travailler sans relâche, pour préserver ce patrimoine historique et politique légué par feu Hocine Ait Ahmed, Allah yerahmou ainsi que ses compagnons de lutte. 


Nous sommes conscients de la gravité de la situation et de l’ampleur des défis qui culminent à l’horizon Comme nous sommes confiants et rassurés de notre capacité commune à transcender les obstacles et les écueils pour entretenir cette dynamique de rassemblement et de communion héritée du dernier congrès national extraordinaire.  Nous profitons d’ailleurs de cette opportunité pour rendre un hommage chaleureux et reconnaissant à l’ensemble des militantes et militants du FFS et à tous ceux qui ont fortement contribué à la réussite de cet événement, qui marque un point de non retour à la grave situation de crise que nous venons de désamorcer.
  Chers amis et camarades,  Nous avons la charge et la mission historiques d’organiser et de réunir toutes les conditions nécessaires pour aboutir à notre 6eme congrès national ordinaire. Il sera indiscutablement un rendez vous politique et organique déterminant dans la vie du FFS et le destin politique de la nation.   L’importance de cet événement majeur pour la pérennité du FFS et de ses retombées directes sur la scène politique nationale, nous interpelle chacun dans son rôle et chacun selon ses capacités, à mettre de côté les rivalités marginales et à absoudre définitivement les réflexes d’exclusion, de rancune et de défiance des instances légitimes du parti et des textes statutaires qui régissent son fonctionnement.


 À cet effet, et juste après l’installation du secrétariat national du parti et du comité d’éthique, qui compétera la composante de la Direction nationale, il sera question dans les prochains jours, d’arrêter une feuille de route organique claire et efficiente pour engager le processus de préparation du 6ème congrès national ordinaire.  Mais aussi, nous ferons en sorte de réunir très rapidement la prochaine session du conseil national ordinaire, afin de débattre et d’échanger en toute sérénité et transparence autours de tous les sujets qui ont trait à la vie interne de notre parti, sans éluder le moindre dossier. Évidemment, la situation politique nationale et internationale sera profondément analysée et débattue. Les conclusions des débats seront d’un apport conséquent dans l’élaboration des options politiques prochaines du FFS.    Ce qui est certain et irréfragable, l’instance présidentielle du FFS sera garante de l’autonomie de décision du parti en toutes épreuves et en toutes circonstances. Aucune force et aucun stratagème ne pourront détourner notre parti de ses valeurs et ses principes politiques et fondateurs.  Chers amis et camarades,


Sur le plan politique, nous avions rappelé à l’occasion de la commémoration du double anniversaire du 20 Août (55 et 56) de l’attaque du Nord Constantinois et du congrès de la Soummam, notre attachement à la reconstruction du consensus politique national, comme option politique sincère, responsable et porteuse pour endiguer la crise multiforme qui mine notre pays depuis des décennies.  Notre parti n’a pas omis de mettre en garde le pouvoir en place, sur les risques d’échecs à vouloir imposer d’une manière unilatérale et autoritaire, une feuille de route politique et un référendum pour adopter une nouvelle constitution pour le pays, que seule une Assemblée Nationale Constituante a la légitimé d ’élaborer.
Le système actuel de gouvernance continue d’ignorer les revendications légitimes du peuple algérien sur le plan politique, économique et social. Alors que la crise sanitaire s’aggrave et que ses conséquences sur le plan de l’emploi et du pouvoir d’achat des citoyens s’amplifient et touchent toutes les catégories de la population, cette gouvernance se contente de mesures conjoncturelles et superficielles alors que la sortie de la crise multidimensionnelle actuelle requière des réformes structurelles et systémiques de l’Etat et de ses institutions.


 Au FFS, nous continuerons à dénoncer le recours à la répression policière et judiciaire pour museler et éteindre les voix qui réclament d’une manière pacifique et responsable, leur droit à s’exprimer et à manifester. De même que nous ne cesserons pas d’exiger la libération sans délai, de tous les prisonniers politiques et les détenus d’opinion.


 Chers camarades, honorable assistance,  

Nous avons appris par voie de presse la convocation du corps électoral, le 15 Septembre prochain et la date du 1er Novembre pour y tenir un référendum sur la nouvelle constitution.  Malgré nos alertes et en dépit des longs mois qui ont jalonné la révolution populaire enclenchée le 22 Février 2019 dernier, le régime a décidé de reconduire la politique des passages en force pour se perpétuer.   Face aux menaces extérieures qui guettent notre pays, nous considérons que seul un État démocratique fort de la légitimité populaire, garant d’une émancipation, politique, sociale et économique de son peuple est en mesure de préserver la souveraineté nationale.
 Face à ces dangers majeurs qui menacent notre souveraineté chèrement acquise et qui œuvrent en sourdine pour torpiller les dernières digues patriotiques contre l’ingérence étrangère sous toutes ses formes, nous réitérons notre attachement viscéral, à la construction d’un consensus politique national et l’amorce d’un véritable dialogue inclusif, sincère et responsable.


 Au FFS à l’instar de l’écrasante majorité du peuple algérien, nous considérons que seul un processus constituant, nous permettra de construire des institutions réellement démocratiques et représentatives. C’est le même processus d’ailleurs, qui devra nous doter de la première constitution qui reflétera les aspirations et les attentes du peuple algérien. Chers amis et camarades, Sur le plan régional, nous considérons que les derniers bouleversements survenus dans la région du Sahel, notamment le coup d’État militaire au Mali et la recrudescence des attentats meurtriers au Niger contre des ressortissants étrangers, puis le cessez-le-feu salutaire mais combien précaire en Libye, sont là pour confirmer si besoin est, nos inquiétudes de leurs retombées directes sur notre pays et la région en général.  C’est pour cette raison que le FFS continuera à se battre pour la construction du Grand Maghreb Démocratique des peuples comme rempart infranchissable contre les plans ourdis de l’extérieur.
 En ce sens, le FFS défendra inlassablement le droit des peuples à disposer d’eux même, loin de toute ingérence ou conspiration néocolonialiste et impérialiste.


 Chers camarades et amis, Nous tenons à la fin à rendre un hommage soutenu au personnel médical dans son ensemble et à travers tout le pays, pour son engagement courageux et sans répit pour contrecarrer la pandémie ravageuse du Covid 19. Nous sommes conscients de la précarité de leurs moyens et de la déliquescence du secteur de la santé qui souffre depuis des années à l’image des autres secteurs du pays, de manque de moyens et d’absence criarde d’une réelle volonté pour instaurer les changements durables et appropriés.Malheureusement, cette crise sanitaire n’a pas seulement dévoilé au grand jour, le délabrement du secteur de la santé, mais il a surtout accéléré la précarité sociale et le rythme de la crise économique et elle a installé une grave incertitude sur les perspectives scolaires de nos enfants et même sur le déroulement des examens du BAC et du BEM.

Le FFS, appelle ses militants, ses élus et l’ensemble du peuple algérien à démonter un fois de plus, leurs capacités indéniables de solidarité et de communion afin d’alléger les souffrances des plus démunis et à soutenir les couches sociales les plus défavorisées. Nous vous remercions infiniment pour votre écoute.

Vive l’Algérie libre et démocratique

Vive le FFS

Gloire à nos valeureux martyrs. 

L’instance présidentielle