Déclaration du conseil national du FFS

Le Conseil National  réuni en session ordinaire au siège national le 14 juillet 2017  a adopté la déclaration suivante :

Sur le plan interne

La non prise en charge de certains sujets nationaux et internationaux reflète la déliquescence avancée de l’état et la mauvaise gouvernance.

Le Conseil National est prondément préoccupé par l’incapacité des autorités à prendre en charge les récents feux de forêts qui ont déjà causé des pertes humaines et matérielles considérables.

Le Conseil National présente ses condoléances aux familles des victimes,  et salue la moblisation et la solidarité des citoyens et des élux locaux sans lesquels le bilan aurait été beaucoup plus lourd.

Le Conseil National  dénonce l’instrumentalisation et l’exploitation politicienne de la détresse des migrants qui fuient la  misère et la guerre. Il réaffirme son attachement aux valeurs du peuple algérien de solidarité et d’hospitalité avec tous les peuples opprimés et persécutés,   et qui ne sont nullement incompatibles avec les exigences de sécurité nationale. Le Conseil National  interpelle le pouvoir pour une prise en charge effective et réelle des besoins de ces populations en détresse.

Sur le  plan politique

Le Conseil National salue la  mobilisation de ses militants et sympathisants  durant la dernière campagne électorale. Le Conseil National rend hommage aux citoyens qui ont acceuilli favorablement à travers tout le territoire national le projet politique du FFS de reconstruction du consensus national.

Malheureusement, le régime  n’a pas dérogé à ses pratiques qui traduisent encore une fois sa volonté d’enfermer le pays dans  un statu quo mortel.

Le Conseil National, instruit des vaines et multiples tentatives de ce régime pour se pérenniser en initiant de soit-disant dialogues avec les acteurs politiques, économiques et sociaux, sait que ce régime n’a qu’un seul objectif : maintenir le statu quo politique et gagner du temps.

A travers son dernier appel au dialogue, le pouvoir cherche en réalité à:

Impliquer les acteurs  politiques et sociaux dans son programme d’austérité et de remise en cause des acquis sociaux.

Pervertir la noble initiative de reconstruction du Consensus National, inspirée par feu  notre Président Hocine Aït Ahmed, visant à refonder l’Etat sur la base du droit et des principes démocratiques. Cette tentative d’appropriation n’a qu’une seule finalité :  dénaturer notre initiative pour la vider de son sens, en réduisant la crise à sa dimension financière et sa solution à des mesures d’ordre économique, alors que chacun sait que le règlement définitif de  la crise est fondamentalement politique.

Le Conseil National, persuadé que le pseudo dialogue du pouvoir ne vise en fin de compte qu’à faire valider son bilan et les mesures impopulaires, déjà prises, alors que notre projet de reconstruction du Consensus national  se propose de changer le système dans ses fondements et dans son fonctionnement sur une base démocratique.

Le Conseil National considère que participer à ce pseudo dialogue,  servirait de caution et de faire valoir au régime.

Le Conseil National sait que notre peuple n’est pas dupe de cette réalité mais l’appelle à la vigilance face un régime en fin de cycle qui  n’a pas épuisé toutes ses manoeuvres politiciennes pour se maintenir.

Le Conseil National rappele solennellement que le FFS est un parti d’opposition résolument engagé aux côtés de la population pour mettre fin à ce régime et construire une alternative démocratique au système actuel, avec toutes les forces politiques et sociales représentatives et autonomes.

Cela étant,  notre parti demeure un farouche partisan d’un véritable dialogue ouvert et transparent, pour le règlement de la crise multidimensionnelle qui paralyse le pays. Il se félicite que des voix  de plus en plus nombreuses  en viennent à reconnaitre aujourd’hui que le consensus politique est l’unique solution à la crise que vit notre pays.

 

Commentaires

    Aucun message

Laisser un mesage

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs marqués avec * sont obligatoires.