fbpx

FFS, une affiche, un mot d’ordre : « Pour un consensus national et populaire »

Par Raouf Hamdine

 

Le Front de forces socialistes est engagé dans les élections législatives du 4 mai 2017 après une évaluation politique qui n’occulte rien des démarches manœuvrières du régime. Son but est de «conquérir des espaces de lutte».

Clair et transparent, il a expliqué les raisons de sa participation dans un contexte de dépolitisation orchestré par le régime qui fait le lit de la collusion de la chkara et de l’administration.

 

Son affiche est représentée par une image de son fondateur, Si L’Hocine, et elle marque l’enracinement du parti dans l’histoire de la libération du pays et dans une vision éthique de la politique. Elle affiche également son but : « un consensus national et populaire. »

 

Le régime par une combinaison entre la répression, une entreprise systématique de folklorisation de la politique a tout fait pour exclure les classes populaires du champ politique et mettre en avant les affairistes de la rente et de la chkara.

 

 Le FFS se bat et se battra pour que les classes populaires réinvestissent le champ politique en luttant contre la dépolitisation. Et en soulignant que le consensus pour le redémarrage d’une nation bloquée par un régime qui a généré la violence et la corruption ne peut se faire qu’avec l’adhésion et l’implication des classes populaires.

 

Le FFS entame aujourd’hui sa campagne par Ghardaïa où il n’a pas de liste pour signifier clairement que son combat va au-delà des enjeux électoraux. Pour dire que ce seront les Algériens qui donneront au nécessaire et vital consensus national pour refonder l’Etat sa force et son enracinement dans le pays et son histoire.

 

 

 

Commentaires

    Aucun message

Laisser un mesage

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs marqués avec * sont obligatoires.