Le premier secrétaire du Front des forces socialistes (FFS), docteur Hakim Belahcel, revient dans cet entretien sur le congrès du parti et les tâches qui attendent la nouvelle direction.(www.dzvid.com)

DzVID : Comment s’est déroulé le congrès du FFS ?

Dr Hakim Belahcel : Comme nous l’avons affirmé dans le premier communiqué signé par la nouvelle instance présidentielle du parti, le congrès national extraordinaire qui vient de se tenir a été une grande réussite. Sur le plan politique, ces assises permettront au FFS de revenir en force sur la scène politique nationale après plusieurs mois cerné par une grave crise interne, pour s’imposer comme fer de lance du combat démocratique pour construire un État de droit, démocratique et social.

Sur le plan organique, cet événement réhabilitera le fonctionnement normal du parti, remettra le débat constructif et apaisé au cœur de nos décisions politiques et fera en sorte de reconstruire l’autorité et la confiance à tous les niveaux du parti.

Évidement, le mérite du succès de ce grand rendez-vous interne revient aux militants, aux congressistes et à l’ensemble de l’encadrement politique du FFS qui ont bravé les entraves et l’épidémie du Covid-19 pour garantir la pérennité du parti et renforcer son impact sur le destin politique de la nation, et je rajouterai que beaucoup de moyens en matière de protection sanitaire ont été mis à la disposition des congressistes.

Peut-on parler de vainqueurs et de vaincus ?

Absolument pas. Il s’agit plutôt d’une victoire méritoire du FFS, de ses enfants et de tous ceux qui considèrent, à juste titre d’ailleurs, le Front des forces socialistes comme l’un des derniers bastions de résistance et de combat pacifique pour instaurer le changement démocratique dans le pays.

En ce sens, le couronnement de ce congrès national extraordinaire repose aussi sur la liste concurrente qui s’est prêtée au choix démocratique et libre des urnes. Aujourd’hui et demain, il sera question de rester sur cette dynamique positive de rassemblement pour appréhender l’avenir avec force et détermination.

Quelles sont les divergences politiques entre les différentes tendances ?

À travers les sept engagements mis en avant dans notre lettre de candidature à l’instance présidentielle du FFS, nous avions mis l’accent sur la nécessité de réhabiliter le politique, le conseil national du FFS au même titre que toutes les structures du parti.

Autrement dit, nous allons œuvrer pour réinstaller rapidement le débat sur toutes les questions liées à la vie du parti et les options politiques engagées. Évidemment, le conseil national constituera un espace favorable pour aplanir les divergences et construire une vision commune sur l’avenir.

La direction actuelle ira-t-elle vers un congrès d’unité ?

Certainement ! Nous nous sommes engagés à le faire avec le concours de l’ensemble des militantes et militants du FFS dans un délai ne dépassant pas une année depuis notre élection. C’est un objectif central et décisif pour la sauvegarde du parti et du legs historique et politique porté courageusement par notre président éternel, feu Hocine Ait Ahmed et plusieurs générations de vaillants militants.

Un grand travail nous attend et la volonté de réussir l’exploit de faire adhérer les énergies égarées ou dispersées du FFS nous anime au quotidien. Le grand FFS ne refera pas surface sans l’union et la communion de tous ses enfants.

Le FFS reprendra-t-il sa place sur la scène politique ?

Malgré les crises internes successives qu’a connues notre parti depuis sa fondation en 1963, il a toujours réussi à s’imposer sur la scène politique nationale comme force de propositions pédagogiques et politiques constructives et comme précurseur du combat pacifique pour l’avènement de la deuxième République et l’édification d’un État de droit et de liberté.

Notre engagement permanent et remarquable aux côtés du peuple algérien dans sa quête du changement dans le pays et la construction d’une alternative démocratique démontre notre présence sur le terrain révolutionnaire pacifique et notre attachement chevillé à nos valeurs et principes fondamentaux. C’est dans cette optique que nous veillerons à la réhabilitation des résolutions politiques de notre 5e congrès ordinaire national, notamment celle relative à la reconstruction du consensus national dans le pays. Le combat continue !

Entretien réalisé par M. Fenzi

Publié par le site site www.dzvid.com