fbpx

Hommage à Giovanni « Nino » de Falco, homme de conviction, militant de la cause nationale algérienne et du FFS

 

Les militants du FFS ont appris avec émotion le décès le 29 mai 2017 à l’âge de 93 ans de l’écrivain et spécialiste du monde arabe, Giovanni – Nino – De Falco.  C’est un Algérien de cœur, un militant de la cause nationale algérienne, un fidèle compagnon de Hocine Aït Ahmed et des militants du FFS dont il a partagé les moments durs qui s’en est allé au bout d’une vie bien remplie. Une vie glorieuse à tout point de vue.

Ce savant qui a effectué des travaux sur les influences arabes dans l’œuvre de Dante, était présent en Kabylie, dans l’ordre des Pères blancs, durant la période de la lutte pour l’indépendance.  Engagé dans l’action sociale, Giovanni “Nino” de Falco ou Yahia Nath Oufalcou, était en osmose avec les Algériens, il maitrisait aussi bien Tamazight que l’arabe. Il a pris tous les risques et a apporté son soutien à la lutte pour l’indépendance nationale.

Le père Yahia se faisait fort, par exemple,  de ramener à sa famille le corps d’un combattant tué lors d’accrochage avec l’armée française en Kabylie. A l’indépendance, il poursuivra son engagement social et se retrouvera au côté de Hocine Aït Ahmed et des militants du FFS.  Il a été arrêté en tant que militant du FFS et torturé. Il avait comme compagnon de cellule Ali Mécili.

Jugé et condamné, Giovanni « Nino » de Falco explique pourquoi dans son dossier toutes les lettres échangées entre lui et Hocine Aït Ahmed ont été retirées car elles constituaient une preuve de la nullité des accusations. « Cet échange épistolaire entre lui et moi prouvait combien Si l’Hocine était contre la violence ».

En prison, Giovanni de Falco faisait des facéties aux geôliers. Un jour, il a intrigué un de ses gardiens en déchirant des morceaux de papiers et les jetant dans des espaces où il y avait des rats. Interrogé par son geôlier sur son ménage, il lui a répondu : « Je convoque le Bureau politique ».

Cet homme haut en couleur, militant de la cause nationale et militant du FFS avait de la grandeur d’âme et savait conserver son humour même dans les moments les plus durs. Hocine Aït Ahmed, son ami, avait une admiration et un respect sans bornes pour le parcours exceptionnel de cet homme d’exception.

Les militants du FFS tiennent à rendre hommage à ce grand monsieur dont la vie a totalement été à la mesure de ses convictions humanistes et sociales.

 

Le secrétaire national  chargé du pôle communication – Hassen Ferli

Commentaires

    Aucun message

Laisser un mesage

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs marqués avec * sont obligatoires.