Le FFS, un combat, un programme: remettre l’Algérie sur les rails de son histoire

 

Pourquoi le Front des forces socialistes (FFS) a décidé de participer aux élections législatives du 4 mai 2017. Quel est son objectif, quelle analyse fait-il de la démarche du régime, de l’état de la société algérienne? Comment compte-t-il contribuer à remettre l’Algérie sur les rails de son projet historique d’un État démocratique et social? A ces questions et à d’autres, le programme du FFS apporte des réponses claires.

 

Le Front des forces socialistes (FFS) participe aux élections législatives sur la base d’une évaluation politique lucide de la situation du pays. En s’engageant dans les élections, il n’entend pas participer au pouvoir – option qui n’est pas envisageable sous la dictature-, son but est de conquérir des espaces de lutte.

 

Le FFS a une histoire profondément enracinée dans une lutte politique pour une souveraineté populaire – condition fondamentale de la souveraineté nationale – qui s’exprime dans un cadre institutionnel démocratique, sérieux.

 

Cet objectif est contrarié par les manipulations qui réduisent les institutions à un rôle factice. Manipulations qui, sur la durée, génèrent une dépolitisation grave faisant le lit des extrêmes et des manœuvres  externes que le régime invoque constamment pour justifier la perpétuation de l’autoritarisme et de la prise de décision dans le cadre clos des tractations claniques.

 

Le FFS n’a cessé de le souligner. Son engagement dans la bataille électorale n’est pas une caution au régime – comme les relais «authentiques » de ce dernier le susurrent – mais un combat politique décidé en toute lucidité en fonction de l’état général du pays et du contexte national et international.

 

Conquérir des espaces de lutte est devenu encore plus nécessaire aujourd’hui que l’on observe les effets dangereux de l’entreprise systématique de dépolitisation et des tentatives lourdes d’arracher la société à son histoire et à son projet historique d’un Etat souverain démocratique et social.

 

Le FFS ne cherche pas à cultiver l’illusion ou le désespoir, il entend repolitiser la société afin qu’elle soit armée contre les manœuvres qui vont  de devenir plus lourdes à mesure que la situation économique s’alourdit du fait de la chute des prix du pétrole et, surtout, des choix économiques aberrants du régime.

 

 

« La lutte politique est un instrument de construction de la société et de l’Etat de droit aussi sûrement que la dépolitisation est une arme de destruction massive de la société en préalable à l’effondrement de l’Etat. ».

 

C’est ce que dit le FFS qui entend cultiver l’espoir et faire prendre conscience aux Algériens que l’effondrement, la division et les violences ne sont pas une fatalité. Il entend aussi rappeler que la souveraineté, la paix civile et le respect de la dignité humaine ne sont jamais «acquis » mais qu’il faut s’engager politiquement et dans la vie sociale pour les arracher et les défendre.

C’est cela le FFS. Voici son programme où il explique le sens de sa participation, ses objectifs et son projet.

Télécharger le programme du FFS

En langue arabe

En langue française

Commentaires

    Aucun message

Laisser un mesage

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs marqués avec * sont obligatoires.