fbpx

Lettre de Hocine Aït-Ahmed à Mohamed Boudiaf (Octobre 1964)

Cher Mohamed,
Il y a (xxx) équivoque au sujet du CNDR et des conditions précipitées dans lesquelles le problème du regroupement a été abordé.
Nous avons été mis devant une série de faits accomplis. Nous avons été choqués par de nombreux comportements, mais nous nous sommes tus; avec l’espoir que les discussions engagées (et seulement engagées) éclairciraient tous les problèmes en suspens, au fur et mesure de notre combat.
J’apprends que tu es à Paris et que tu es mandaté par le CNDR pour entreprendre des activités publiques.
La Djemaâ du FFS n’a mandaté personne en dehors des ses structures.
Je fais des pieds et des mains pour contacter Hassani afin d’éclaircir la question dans son ensemble.
En attendant, je compte sur ta sagesse pour ne pas précipiter les choses et aider au contraire à régler les problèmes que pose le regroupement de l’opposition.
Tu es libre d’agir au nom du PRS (xxx) s’il t’a mandaté. Nous pensons même qu’à ce titre tu fais œuvre utile en expliquant à l’opinion comment tu conçois l’union. Le cartel doit tendre vers la fusion si (xxx) (xxx) et principes.
Pour l’heure, il faut détruite le régime des tortionnaires, et éviter ce qui peut faire son jeu.
Fraternellement. Hocine.