En attendant qu’un véritable travail d’investigation fasse le décompte du nombre de portraits présidentiels occupant l’espace public à longueur d’année et connaissant des pics ahurissants en période électorale, et en attendant d’avoir une évaluation du coût pour le trésor public d’une telle communication, il ne reste que l’emballement de quelques clickactivistes pour amplifier un phénomène en lui-même déjà envahissant. Une prolifération qui vaudra une pub gratuite à cette Affiche de la section FFS de Koléa qu’un militant a installée sur la façade d’un local qu’il venait de louer et sur laquelle trônaient déjà de nombreux portraits présidentiels. Sitôt la direction de campagne du parti informée de la chose, les choses rentreront dans l’ordre : C’est le drapeau qui rassemble les algériens et nul n’a le droit de hisser son portrait au même niveau de sacralité. A bon entendeur , salut !

Le Lien