Le Conseil National , réuni le 17 mai 2019 en session extraordinaire, a procédé à l’analyse de la situation politique et à l’examen des activités et de l’organisation du parti. Après un long et riche débat, le Conseil National a adopté la résolution suivante.
Sur le plan politique,
Le Conseil National rend hommage au peuple algérien qui, depuis le 22 février, manifeste, sur tout le territoire national, pour exiger la fin du régime autoritaire et liberticide qui depuis l’indépendance nationale interdit aux Algériennes et aux Algériens d’exercer leur droit à l’autodétermination pour un changement radical et pacifique du système et choisir librement leurs institutions et leurs représentants légitimes. Il exprime sa satisfaction que la principale revendication portée par le peuple durant ces manifestations, l’élection d’une Assemblée Nationale Constituante, est au cœur du combat du FFS et de celui de feu Hocine Ait Ahmed depuis la création du parti en 1963.
Le Conseil National appelle les Algériennes et les Algériens à poursuivre leur mobilisation unitaire et pacifique, jusqu’à la satisfaction complète de leurs revendications et met en garde les tenants du pouvoir contre toute répression ayant pour but de dévier cette révolte populaire de ses objectifs.
Le Conseil National rejette le scrutin du 4 juillet qui ne sera ni démocratique, ni libre, ni transparent.
Par le passé des propositions de sortie de crise ont été lancées par le FFS, notamment en 2001 et en 2004.
Le Conseil National se félicite et approuve à l’unanimité la proposition de sortie de crise proposée par le FFS, le travail fait par la direction nationale et la commission de stratégie politique portant l’actualisation de ces propositions, récemment rendues publique par notre initiative politique « pour l’avènement de la deuxième république » et la mise en place d’institutions de transitions par les étapes suivantes :
Le dialogue à travers une conférence souveraine, un pacte politique, une convention nationale de suivi et de contrôle de la transition, une instance de suppléance et un gouvernement de transition en réaffirmant que l’assemblée constituante est une condition sine qua non pour restituer au peuple Algérien son droit à l’autodétermination et mettre en place un Etat de droit.
Notre initiative politique rappelle à juste titre que c’est aux algériennes et aux algériens, et à eux seuls, qu’il appartient de reconstruire l’Etat résultat de la séparation des pouvoirs, l’indépendance de la justice, la non utilisation de la religion à des fins politiques, le respect de tous les pluralismes, et le respect des droits humains.
Cette proposition est la solution à la crise profonde que traverse le pays qui ne se concrétisera que par l’élection d’une Assemblée Nationale Constituante souveraine.
Pour le FFS l’Assemblé Nationale Constituante est une institution collégiale dont les membres sont les représentants du peuple librement élus.
Ils auront pour mission de rédiger une constitution qui définit l’organisation et le fonctionnement des pouvoirs publics et des institutions.
Cette constitution sera soumise au référendum populaire, une fois élaborée elle consacrera la rupture définitive avec le régime en place.
Le Conseil National instruit les instances du parti à poursuivre le dialogue autour de cette initiative avec les acteurs politiques, les représentants de la société civile, les syndicats autonomes, les représentants du mouvement associatif et ouvrir un large débat avec les citoyens dans des rencontres de proximité.

Appel aux forces vives de l’alternative démocratique
Le FFS appelle la population et les forces vives indépendantes du pays qui aspirent et luttent au quotidien pour un changement radical du régime, de mettre de côté nos divergences et œuvrer ensemble pour l’avènement de la 2éme république.
Agissons vite, car le régime compte sur l’essoufflement du mouvement populaire et sur nos désaccords autant qu’opposition à conjuguer nos efforts.
Seule l’amorce d’un véritable processus démocratique de transition est à même de réunir les conditions d’un vrai consensus national.
Le FFS réitère sa disponibilité et son engagement à construire avec d’autres énergies et d’autres acteurs, un vrai rapport de force politique, éviter l’alternance clanique et permettre de construire l’alternative démocratique.
Le FFS appelle ses militants à rester mobilisés aux côtés de nos concitoyennes et concitoyens qui expriment pacifiquement et résolument leur volonté du changement.

Sur le plan organique:

Le Conseil National se félicite du bon déroulement de l’opération d’adhésion et re-adhésion au niveau des sections et des fédérations et appelle les structures à continuer le travail et aller vers l’élection des premiers secrétaires de sections la ou les conditions le permettent.
Le Conseil National exprime son soutien et sa satisfaction aux structures du parti, à sa direction et à ses commissions statutaires pour le travail accompli sur le plan politique et organique.
Le Conseil National rend un vibrant hommage à nos militants qui, grâce à leur maturité politique et à leur cohésion, ont réussi à déjouer les manœuvres du régime visant à paralyser l’action du parti au côté de la population.
Le conseil national salue l’appel au dialogue lancé par l’instance présidentielle dans le cadre des statuts et règlement intérieurs du parti pour réunir les conditions nécessaire pour la tenue d’un congrès national rassembleur et l’encourage à continuer dans cette démarche.
Le Conseil National a adopté et approuvé le programme d’actions du premier secrétaire national.

Vive l’Algérie libre et démocratique
Vive le FFS
Gloire à nos martyrs.