fbpx

Solidaires avec Marwan Barghouti et les détenus Palestiniens en grève de la faim dans les geôles israéliennes

Par Raouf Hamdine

Marwan Barghouti, leader de la seconde intifadha, 15 ans dans les geôles d’Israël et plus de 1300 détenus Palestiniens sont en grève de la faim depuis ce lundi. De la prison de Hadarim, Barghouti a fait parvenir un article au New York Times où il explique cette intifadha collective des détenus palestiniens contre les «détentions arbitraires et les mauvais traitements ».

« Les prisonniers palestiniens souffrent de torture, de traitements dégradants et inhumains et de négligence médicale, certains ont été tués en détention », a-t-il dénoncé en fustigeant « un apartheid judiciaire qui garantit une impunité pour les Israéliens ayant commis des crimes contre des Palestiniens et criminalise (…) la résistance palestinienne ».

« Après avoir épuisé toutes les autres options, j’ai décidé qu’il n’y avait pas d’autre choix que de résister à ces abus en faisant une grève de la faim. Quelque 1000 prisonniers palestiniens ont décidé de prendre part à cette grève de la faim, qui commence aujourd’hui, le jour nous marquons ici comme la Journée des prisonniers » a-t-il indiqué.

La « grève de la faim est la forme la plus pacifique de résistance disponible, elle inflige de la souffrance uniquement à ceux qui y participent et à leurs proches, dans l’espoir que leurs estomacs des et leur sacrifice aidera à ce que le message résonne au-delà des limites de leurs cellules sombres ».

Marwan Barghouti, grande figure de l’intifadha a été placé en isolement par l’administration pénitentiaire coloniale ainsi que plusieurs animateurs de la grève de la faim. Mais le mouvement de grève a fait monter dans l’ensemble des territoires occupés palestiniens un puissant mouvement de solidarité. Depuis 1967, plus de 850.000 d’entre eux ont été emprisonnés par Israël.

Parmi les 6.500 Palestiniens actuellement détenus par Israël, figurent 62 femmes et 300 mineurs. Environ 500 d’entre eux sont sous le régime extra-judiciaire de la détention administrative qui permet une incarcération sans procès ni inculpation. Treize députés sont aussi emprisonnés.

Les militants du Front des forces socialistes sont totalement solidaires des détenus Palestiniens qui mènent un combat pour la dignité. Les Algériens qui connaissent les affres de l’occupation et des pratiques de la soldatesque coloniale ne peuvent que saluer le courage de Marwan Barghouti et de ses compagnons de prison.

Leur combat rappelle, une fois de plus, l’injustice d’un ordre international qui persiste, malgré toutes les résolutions onusiennes, à bafouer les droits des Palestiniens. Ce combat mérite d’autant plus notre soutien qu’Israël bénéficie avec la nouvelle administration américaine d’un soutien encore plus aveugle que jamais à ses crimes et à son mépris pour le droit international.

Commentaires

    Aucun message

Laisser un mesage

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs marqués avec * sont obligatoires.